Test casque: Montsegur Audio, Arcturus

Un casque en bois, français ? L'Arcturus de Montsegur Audio doit se faire une place sur un marché saturé, mais la marque se donne les moyens de ses ambitions.

A propos de Montsegur

Toute jeune marque française originaire de Paris, Montsegur Audio réalise des casques nomades en bois au look vintage. Ciblant une clientèle jeune et branchée, chaque casque est personnalisé individuellement. Le modèle en test aujourd’hui est l’Arcturus .

Premier contact

Le premier contact avec l’Arcturus est un peu déroutant, la boîte blanche et le logo bleu donnent un style particulièrement épuré à l’ensemble. Le casque en lui-même tranche avec le blanc de la boîte, bois, métal, (simili) cuir, on est plutôt dans les teintes sombres . Les premières prises en main mettent en confiance par contre, l’arceau en métal y est sans doute pour beaucoup. Comme pour le HD-25, on peut, dans une certaine mesure, brusquer l’Acturus et l’utiliser de manière intensive sans craindre de le détériorer.

Le style vintage est agréable. Un usage cohérent de matière « noble », donne une réelle identité au casque. Bien sûr, il présente des traits communs au Skullcandy Aviator, mais une fois les deux en mains, on s’aperçoit que c’est uniquement la forme générale des coques qui peut le faire rappeler, celles des Skullcandy étant d'ailleurs plus bombée. Ici les coques sont en bois et non pas en plastique, par contre le caoutchouc de l'arceau est un peu mince, dommage, mais bon on reste sur du nomade.

Les oreillettes sont fermes et la forme triangulaire permet un bon maintien sur le crâne. Le câble fourni semble suffisamment solide et le fait qu'il soit remplaçable est rassurant. Un premier contact fort sympathique donc, voyons maintenant le bundle.

Contenu

L'Arcturus est fourni avec l'essentiel :
 - un câble standard sans télécommande;
 - un câble avec micro et télécommande compatible iPhone et Android .

 Il est intéressant de noter que le modèle est disponible avec 2 pads possibles, à choisir lors de l'achat,  influant sur la signature sonore, l'un étant un "mid-pad" et l'autre un "bass-pad". Nous verrons en pratique ce que cela donne. Pour le prix demandé, on a largement de quoi faire, même si une housse de transport aurait été un plus.
Cela dit, après avoir utilisé le casque de manière assez intensive pendant plusieurs semaines (balancé au fond d'un sac, écrasé par erreur, tombé au sol plusieurs fois) il n'a jamais montré de signe de faiblesse et surtout ne s'est jamais brisé. En comparant avec les autres casques nomades du moment, seul le HD-25 parvient à faire jeu égal, le Spirit One est quand à lui complètement à la ramasse et semble venir tout droit d'un magasin de jouet... Le logo de la marque est gravé au laser directement sur la coque, laissant apparaître le coeur du bois sous le vernis. Les charnières en métal accentuent le look vintage du casque.

A propos de la gravure :

Tout l'intérêt de ce casque est de pouvoir le faire personnaliser avec le logo ou le visuel de son choix. Pour cela il suffit de choisir une image, bien évidemment de la meilleure qualité possible OU en vectoriel. Il n'est en l’occurrence  possible de ne graver qu'un seul côté, l'autre étant réservé au logo.

Confort et isolation

En terme de confort, le casque est plutôt bon. Les mousses épaisses, la forme des oreillettes et  l'arceau sont en parfaite synergie, en effet, une fois sur la tête, le casque n'appuie ni trop, ni pas assez. La forme ovoïdale des oreillettes en font un supra compatible avec les porteurs de lunette, la pression au niveau des oreilles est bien répartie. L'isolation passive est par contre un peu moins bonne que le HD-25 à mon goût. Pour un usage nomade, son poids contenu n'handicape pas et devrait soulager vos cervicales.
Le câble est positionné de chaque côté du casque, esthétiquement ce sera à chacun d'en juger, mais l'avantage est qu'il n'y a plus de câble se déplaçant dans l'arceau. Le système à cran est standard et permet de régler la hauteur de chaque côté simplement.   Changer de pads ne modifie ni le confort, ni l'isolation.

Qualité sonore

Tout premier modèle de la marque,  l'Arcturus a donc fort à faire pour se faire une place parmi la multitude de casques nomades disponibles sur le marché. Au niveau du design, pour le moment c'est bien parti, racé, conçu avec des matériaux "nobles", sans non plus être une révolution, c'est un beau produit. Les premières écoutes sont très agréables, ce qui frappe le plus c'est la largeur de la scène sonore. Le bas du spectre est bien charpenté, avec un grave et bas-médium appuyé.

Pour les amateurs d'électro et rap c'est un très bon casque, il répond avec agilité tout en appuyant les tempos. J'utilise dans un premier temps les "Bass-Pads". Le casque "tape" dans les graves, mais le reste du spectre n'est pas écrasé pour autant. Encore une fois, la largeur de scène frappe, la ou le HD-25 reste très frontal, l'Arcturus jouit d'une aération toute particulière. En fait le premier qualitatif qui me vient à l'esprit est "cinéma", c'est un casque qui reproduit à merveille les ambiances épiques et les voies graves. Ce n'est pas un monstre de détails, mais il délivre une quantité incommensurable de fun, que ce soit pour la musique, les jeux, ou le cinéma, sa signature et son rendu global le font s'en sortir avec les honneurs. Plus dur à driver qu'un intra, il "scale" très bien avec la qualité du matériel en amont.

Pour autant, il reste bien plus musical (chantant) que audiophile, l'écoute n'étant manifestement pas neutre, sans avoir de lacune réelle dans telle ou telle fréquence. Ainsi, passé la première heure, on cerne déjà mieux les qualités et les défauts de ce casque. Commençons par LE défaut à mon sens, les oreillettes chauffent beaucoup je trouve, bien sûr pour un usage nomade ce n'est pas gênant, mais pour un usage sédentaire ça peut devenir assez désagréable. Un autre défaut, pour moi qui ait une masse capillaire importante, la finesse des bandes de caoutchouc sur l'arceau n'est pas un soucis, mais pour les utilisateurs moins chevelus, c'est déjà moins confortable. Au niveau du son, il n'est pas particulièrement à l'aise sur le classique, mais on ne le blâmera pas outre mesure, tous les casques à ce niveau de prix sont mauvais sur le classique.

 La signature est légèrement en V, tout du moins le médium est en retrait, il y a du grain aussi, ce qui ne plaira pas forcément à tout le monde mais donne du cachet. En nomade, les bass-pads sont un bon choix vu que le bruit environnant étouffe les hautes et basses fréquences. En sédentaire, je recommande les mids-pads par contre, le surplus de grave occasionné peut vite fatiguer.

Comparons le avec 2 références du nomade :

Face au HD-25 Amperior:
version révisée du HD-25, le Amperior possède un nouveau driver plus sensible et des coques en aluminium. Le HD-25 reste une référence du casque nomade, surtout pour les prises de son. Deux signatures bien différentes, le HD-25 est un casque frontal, qui cogne toujours autant, avec un médium d'exception mais une réponse en fréquence loin d'être linéaire. L'étagement des plans est supérieur sur l'Amperior avec des couches qui se s'empilent sans se mélanger. L'Arcturus jouit encore une fois d'une spatialisation  supérieure, l'Amperior sonne terriblement étriqué en face.

L'Arcturus est aussi beaucoup plus doux, avec un rendu moins cisaillé et donc moins fatiguant, même si certains trouveront le casque moins vivant. Il reste par contre plus polyvalent. En terme de confort, le HD-25  écrase beaucoup plus les oreilles, l'isolation est supérieure mais cela se ressent donc sur le confort: moindre. Le HD-25 a tout de même le désavantage (à mon sens) d'avoir le câble d'un seul côté (je n'aime pas l'asymétrie d'une manière générale), le rendant déséquilibré en déplacement mais plus pratique pour qui veut l'utiliser avec un câble un peu long.

  Quel casque choisir alors ?

Le prix déjà, 119€ pour le lancement, et à 130-150 ensuite,  c'est moitié moins cher que l'Amperior pour une différence de performances finalement pas si importantes. La signature est aussi plus adaptée à mon style d'écoute (électro, jazz, grunge) et je privilégie l'espace sonore au détail. Sur ce dernier point, l'Arcturus surpasse aisément le Sennheiser dont la scène hyper serrée est un avantage pour la prise de son et les DJ, mais beaucoup moins pour l'auditeur lambda.

 Le HD-25 garde pour lui un meilleur étagement des plans et un médium imbattable, avec une patate légendaire avec lequel il reste LE casque rock et metal pour qui supporte sa signature un peu agressive. Le driver de l'Arcturus n'a rien de révolutionnaire  mais est de conception bien plus récente ce qui se ressent sur certains points, là où celui du hd25 était sans doute le meilleur de son époque.
 Niveau design, c'est à chacun d'en juger. Métal brossé pour le HD-25 et bois verni pour l'Arcturus. Ce dernier offre par contre la possibilité d'être customisé avec le visuel de son choix, et ça c'est la classe.
 
Face au Marshall Major :

Le Major est un beau succès de Marshall, il jouit d'une excellente popularité chez la gente féminine de par son design et son côté pliable. D'entrée de jeu, il est dur de comparer les deux casques tant leur design et leur sonorité diffère. Tout cubique, le Marshall s'habille "Rock": plastique noir, arceau noir, et câble spiralé. L'Arcturus est plus rond avec ses coques ovoïdes et son look "vintage". C'est clairement une question de gout donc.
 En terme de confort, il n'y a pas vraiment de combat, l'Arcturus l'emporte, et de loin. Au bout de seulement 15 minutes, le Marshall provoque de douloureux élancement au oreilles. Pression élevée et pads durs, ça ne pardonne pas. L'isolation est un poil meilleure sur le Major par contre.

En terme de son, le Marshall avec sa signature en V dans les médium, manque clairement de détail face au Montségur. On retrouve la même quantité de grain, mais sur une plage sonore aux aigus écourtés et une scène étroite. C'est surtout cette sensation de voile qui est gênante, même si l'Arcturus manque de médium à aucun moment il ne m'est apparu comme voilé, ou manquant de corps.

  Quel casque choisir ?

 Pour le coup la comparaison est rapide, Arcturus vainqueur, le Marshall doit rendre les armes.


Face au Monster Beats Studio :

Dernier casque à entrer en lice, le Monster Beats Studio. Avec 54% des parts de marché du casque premium pour la marque, il se devait d'entrer dans ce comparatif.

 Les premières comparaisons sont peu flatteuses pour le Studio, l'usage abusif de plastique et une rigidité toute relative n'inspire pas confiance. Ce n'est pas un casque qu'on cale au fond d'un sac ou qui résistera à un usage intensif. Au niveau du confort, je trouve le Studio plus confortable que l'Arcturus. En bon gros casque circum, il n'appuie pas sur les oreilles mais directement sur le crâne. L'Arcturus, en bon supra est un  moins confortable, il chauffe aussi beaucoup plus. Par contre, s'il est moins confortable, paradoxalement, il isole beaucoup mieux.

Ce n'est un secret pour personne, l'isolation "active" du Monster Beats Studio est médiocre et son isolation passive très faible. L'Arcturus est sur ce dernier point, bien supérieur, et pourtant il s'agit d'un bête casque "passif". Une telle isolation est par ailleurs très rare sur un modèle boisé, qui implique généralement des concessions à ce niveau, comme les séries ESW de Audio-Technica.

 Et le son ? Et bien même si les deux casques ont une propension au grave, l'Arcturus reste  plus aéré. Le Beats ronronne, la faute à un grave trop imposant et un roll-off des médiums qui noie les détails, ou plutôt une courbe trop oscillante lui laissant cette sonorité un assez "fausse". L'Arcturus est plus équilibré (sans pour autant être neutre), même avec les bass-pads, la vitesse des transitions évite cette désagréable sensation de casque pataud. Le bundle est par contre clairement à l'avantage du Studio, boite de transport, adaptateurs, on est bien équipé. Reste le prix, et la ça fait mal, très mal.

Le Studio est ainsi près de deux fois plus cher que l'Arcturus, et ce n'est pas un meilleur bundle qui pourra le rattraper. Comparaison rapide avec le Beats solo hd,  qui tient plus du son étouffé et artificiellement surbasseux. La taille du driver est la même mais il n'y a aucune comparaison sonore. Mais bon, ce casque est un des plus vendu de tous les temps malgré tout.

  Quel casque choisir ? Pour moi, clairement l'Arcturus, moitié moins cher, il offre de meilleures performances sonores que le studio, une isolation supérieure et une qualité de finition incomparable avec ses matériaux "nobles".

Conclusion

Avec l'Arcturus, Montsegur sort un casque très intéressant pour l'auditeur nomade. Beau, solide et offrant un rendu sonore enjoué, il n'est pas une révolution technique mais à mon sens un excellent rapport qualité prix d'autant plus pour les genres modernes, sans compter son orientation plus "luxueuse" que la norme.
En usage sédentaire, il donne de bons résultats avec un ampli et l' emphase dans le grave pourra être corrigée par un changement de pads pour ceux préférant une écoute neutre. La largeur de scène est ce qui le distingue des autres concurrents, ainsi que la finition bois, inconnue à ce tarif. Tout au plus peut-on lui reprocher le manque de médium, mais ça reste une belle réussite de la marque française, encore plus pour un premier jet.

Pour résumer:

On a aimé
- Belles prestations sonores
- Très bel objet avec des matériaux de qualité
- Câbles détachables - solide et personnalisable
- Plusieurs pads
- se bonifie avec du matériel haut de gamme
-  télécommande compatible avec tous les iDevice et Galaxy

  On a moins aimé
 - médium un peu en retrait
- un peu trop de grain
- pas de housse
- pas pliable